Les conséquences d’un sommeil pourri

sommeil-pourri

Les conséquences de mon sommeil pourri, je les avait déjà effleurées dans mon précédent article sur le sujet mais je n’en avais pas parlé avec détail. L’article aurait été bien trop long.

Alors, j’insiste, ce n’est pas dans une complainte que je me lance. Je ne suis pas malheureuse. Mon but, avec cette série d’articles, est, vraiment, de sensibiliser les gens à l’insomnie qui peut constituer un véritable trouble à elle seule et pas uniquement un « banal » symptôme d’autre chose.

Les conséquences sont multiples et chez moi, elles donnent ceci:

Au niveau physique, c’est simple et bête. En cas de crise d’insomnie (quand je ne dors pas ou pratiquement pas pendant plusieurs jours d’affilée), je suis, d’abord, fatiguée.  Fatiguée au point de devoir tout faire au ralenti. Une activité, une pause, une activité, une pause. Je ne peux pas mieux faire.

Lorsque je danse (l’une de mes activités préférées), je m’essouffle beaucoup plus rapidement et je suis comme désaccordée. Je ne suis pas le rythme. Ce n’est pas grave en soi mais c’est dommage.

J’ai souvent un état grippal aussi: des courbatures, une sensibilité accrue aux oreilles, à la gorge. Je suis très souvent enrhumée.

Et puis, je manque d’appétit et souffre beaucoup plus de l’estomac (une de mes faiblesses à la base).

Au niveau psychologique, je suis beaucoup plus anxieuse, constamment à fleur de peau, beaucoup plus sensible aux stimuli, comme la lumière ou le bruit. J’angoisse beaucoup à l’idée de devoir me lever tôt pour emmener le petit à l’école ( J’ai toujours peur de ne pas y arriver. Comme, il est en primaire, il ne peut plus vraiment manquer).

Au niveau cognitif, ce sont mes facultés pour écrire qui en prennent un coup. J’ai un gros nuage dans le cerveau. Je ne sais plus faire de belles phrases. C’est râlant parce que j’ai envie de dire tellement de choses mais j’ai besoin de plus de temps. C’est un fait. Je suis beaucoup plus lente et trouver le bon mot me demande plus d’effort. Écrire une lettre courte peut me prendre une semaine.

A part ça, j’oublie aussi des choses. Ma mémoire a court terme est un peu abîmée.

En fait, c’est ça, je vis ma vie, à contre courant, plus doucement, avec l’obligation de planifier souvent alors que je suis de nature spontanée . Ce n’est pas grave de vivre plus lentement. Je sais que le rythme actuel ne me conviendrait pas. Les problèmes de santé m’ont obligés à prendre le temps de réfléchir, à me poser et j’avoue qu’entre autres, je ne comprends pas cette société qui nous impose de courir tout le temps. Ce n’était pas comme ça, il y a trente ans, si?

Comme vous le voyez, les conséquences ne sont pas anodines mais il n’y a pas que du mauvais. J’approfondirai la question dans un troisième et dernier article.

 

sommeil-pourri

 

Publicités

Une réflexion sur “Les conséquences d’un sommeil pourri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.