Mon rapport aux livres de développement personnel

livre-développement-personnel

Il y a quelques années, j’ai enchaîné les livres de développement personnel. Je n’étais pas bien, en dépression, en burn-out ou ce que vous voulez et je cherchais une voie , une lumière, quelque chose, pour sortir du trou dans lequel j’étais tombé. Dans ces livres, j’ai trouvé à boire et à manger et avec le temps, beaucoup de temps, j’ai compris que ce genre de lecture demandait d’avoir du recul et de ne surtout pas prendre ce qui était écrit au pied de la lettre…J’ai même eu l’impression que lire ces livres pouvait s’avérer nocif pour les gens désespérés en recherche d’apaisement. Leurs recettes ont l’air faciles à appliquer et pourtant, changer une vie ne se fait ni en sept jours ni même en un mois. Il faut tout un processus, des schémas, des nœuds à défaire. Ne pas le dire n’est pas très honnête, je trouve et les auteurs de la plupart de ses ouvrages ne le font pas.

C’est en 2014 , suite à ma tentative ratée de lecture du très célèbre « 3 kifs par jour de Florence Servan Schreiber » (cousine de David), que j’ai complétement arrêté. Je me souviens qu’après quelques pages, j’ai ressenti une grande vague de résistance m’envahir. Faut pas croire, j’ai cherché ces trois moments de gratitude par jour mais j’ai vite abandonné. Pourquoi? parce que la démarche me semblait artificielle, tout simplement. Raison? il y avait de belles journées (quoiqu’en 2014, j’en doute) où j’aurais  voulu remercier la terre entière et de très nombreuses d’autres, où j’avais envie, passez- moi l’expression, d’envoyer péter la moitié des gens que je connaissais. Ce livre m’a frustré mais, effet non escompté, il m’a permis, je dois l’avouer, de commencer à m’intéresser à la sensation de gratitude.(Peut-être parce que croyez-moi ou non, je n’en avais jamais entendu parler). La différence entre ma façon de faire et le principe du livre, c’est que je ne me force pas à trouver ces moments. Non, je les laisse plutôt venir à moi, naturellement, quand ils ont lieu d’être…

Dans ce type de littérature, bien souvent, on sous entend aussi que le pardon est la panacée à bien de nos maux…Je suis d’accord que le pardon est quelque chose d’extrêmement positif et que la rancœur fait surtout souffrir la personne qui la ressent mais encore une fois, accorder son pardon c’est quelque chose qui ne peut pas se forcer et qui nécessite, souvent, de se faire en étapes, surtout lorsqu’un gros truc bien glauque s’est produit.

Par contre,  je n’ y ai pas retrouvé grand chose sur la force de l’humour et de la joie simple. Comment expliquer ? Personnellement, je suis quelqu’un qui aime bien rire (oui, je sais, les apparences de ce blog ne le laissent pas à penser). Je cherche toujours le petit truc funny, joyeux dans toutes les situations et je crois qu’en grande partie, c’est ce qui m’a aidé à remonter la pente il y a maintenant trois ans. J’ai remarqué que c’était un de mes forts, que même dans les situations les plus délicates, j’arrivais à voir un peu de beau et à faire rire les gens avec mon humour particulier. J’aurais aimé trouver quelque part que c’était une qualité à cultiver et pas le signe que tout allait bien car je vous assure, rien n’allait vraiment beaucoup à l’époque (2014-2015).

Conclusion: Lire des livres de développement perso, pourquoi pas, ils peuvent  ouvrir des pistes de réflexion pour se sortir d’une vie qu’on estime pourrie mais jamais, au grand jamais, ils ne seront suffisants à eux seuls. Pour aller mieux, il faut être motivé, patient et peut-être essayer des tas d’outils différents avant de trouver celui ou ceux qui nous convient/conviennent…

livre-développement-perso

Publicités

25 commentaires sur « Mon rapport aux livres de développement personnel »

  1. Je te rejoins tout à fait dans la conclusion : il faut être motivé pour que cela ait un quelconque intérêt. Personnellement, n’ayant pas la motivation ou le courage de m’y mettre vraiment, ce sont des livres qui ne m’attirent pas du tout. Peut-être aussi que le côté un peu « vérité unique » que chacun propage me rebute un peu aussi…

    Aimé par 1 personne

    1. En fait, j’ai voulu dire que, en général, pour aller mieux, il fallait être motivé et que seul la lecture de ces livres ne suffisait pas…Ce qui me dérange plus que le côté « vérité unique » (même si aussi), c’est le côté « c’est sur, si vous appliques toutes ces recettes, vous vous en sortirez », alors que ce n’est pas souvent vrai 🙂

      J'aime

  2. Complètement d’accord avec ça… Pour aller mieux, je fais une thérapie individuelle qui c’est enrichie d’une thérapie de groupe… Et avec ça, j’ai pu aussi lire des bouquins de développement perso, faire du yoga (et d’autres activités ressourçantes…). On n’oublie pas le traitement médicamenteux non plus. Pour moi, un seul élément ne serait pas aussi efficace. Je comparerais le truc à une perte de poids : ça fonctionne mieux si on combine alimentation équilibrée, sport, etc.
    Belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Comme toi, je ne pense pas qu’il faille donner le bon dieu sans confession à un livre de développement personnel. Mais comme tu dis, pour prends des pistes de réflexion ou élargir un peu son spectre, pourquoi pas !

    J'aime

  4. Hello, j’espère que tu va bien, merci pour ce billet, je partage tout à fait ton avis et combien faut-il être motivé pour sortir d’une situation, les livres sont d’une aide importantes certes mais notre volonté à aller de l’avant et à aller mieux n’est tout aussi ! merci pour ce beau partage et oh combien je te comprends ! J’espère que tout va pour le mieux maintenant pour toi ! Xx

    J'aime

  5. Hello, je suis tout à fait d’accord avec toi c’est pour cela que je lis de moins en moins de livres de développement personnel. Certains donnent une vision beaucoup trop simplistes du bonheur et en arrivent même à nous faire culpabiliser puisque que l’on se dit « si le bonheur est si simple pourquoi moi je n’y arrive pas? »

    Bonne journée 🙂

    Aimé par 2 personnes

  6. je suis bien d’accord. je me suis formée au métier de coach l’année dernière. je suis en train de créer mon activité. Je devrais donc être à fond dans ce type de livres, pour m’aider moi, et aider mes futurs clients. J’en lis bien sur, mais une fois terminé, je ne mets pratiquement jamais les conseils en applications. Le souci c’est que c’est trop général. ça veut et ça doit parler à tout le monde, mais du coup personne ne se sent concerné. Le principe du coaching c ‘est d’écouter la personne et de l’aider en creusant avec elle pour qu’elle trouve ses propres solutions. Du coup pour moi, impossible qu’un livre puisse remplir cette fonction ! Ils ne sont pas foncièrement mauvais, mais ce sont des à coté. Si une personne va mal, elle doit en parler directement à quelqu’un : un psy, un coach.. un livre n’entend pas ce que la personne a à dire….

    J'aime

  7. J’ai une amie qui s’est également formée au métier de coach et son ressenti est à peu près le même que le tien …Perso, la seule expérience que j’ ai eu du coaching (professionnel) a été très mauvaise car il s’agissait d’une personne qui récitait les phrases toutes faites des livres de développement personnel comme s’il s’agissait de paroles d’évangile. Ton commentaire me conforte dans l’idée que le coaching n’est pas ce que j’en ai connu 🙂

    J'aime

    1. omg ! après tu m’étonnes qu’on rame pour promouvoir le coaching ! déjà un coach ne parle pas beaucoup, car il pose des questions et écoute les réponses de son coaché.. et le fait avancer sur son propre chemin. bien sur qu’on nous apprend certains concepts en formation, à nous de voir si on les utilise et chacun a sa manière de se les approprier ou pas ! promis tous les coachs ne sont pas comme ça, loin de là ! j’en connais plein de bien ! c’est vraiment dommage que ça t’aies laissé cette impression alors que ça peut être une méthode qui aide vraiment chacun, de façon individuelle et particulière..

      J'aime

      1. Je t’avoue que je me demande à quoi ça sert depuis cette expérience. Il y a déjà les psys. Mon amie qui a fait sa formation de coach m’a dit que les psys cherchent toujours à orienter dans une direction alors que les coachs non. Je ne sais pas quoi en penser …Bon week-end à toi 🙂

        J'aime

  8. Des fois, de temps en temps, je tombe sur des interviews des auteurs de ces livres. On dirait qu’il suffit d’appliquer des recettes et de le vouloir. Mais en vrai c’est un peu plus dur… y’a tellement de mécanismes psychologiques qui entrent en compte. Moi, par exemple, je ne lâche tellement pas prise que je marchande avec moi-même (genre « si tu vas pas au sport, tu mets pas la télé, t’as besoin d’affronter le silence »), je me punis aussi, et je sais qu’il faut pas dire « il faut que » ou « je dois » (genre « il faut que je sois plus comme ça, ou plus comme ci ») mais ma pensée du coup c’est « il faut que j’arrête de dire « il faut que » », je suis pas rendue…). Les livres de développements personnel sont écrits par des personnes parfois qui ont vécu des expériences et se sont repris en main en un mois ou en 100 jours. Tant mieux pour elles si elles disent la vérité, mais ça veut dire aussi qu’elles étaient dans un processus, ou presque au terme de ce processus, dans la dernière ligne droite, dans un déclic… et on dirait qu’elles n’ont pas pris de recul sur ce qu’elles ont vécu. Qu’elles disent « j’ai fait ça, ça, et ça » mais pas « j’ai changé mon regard sur telle chose », par exemple. Je n’en lis pas…
    Il y a par contre un livre sur la confiance en soi vendu chez Nature et Découvertes et écrit par un philosophe. Je l’ai vu de loin, je n’ai même pas lu la quatrième de couverture, mais il m’a plutôt l’air de proposer une réflexion que de dire « voilà comment faire ». Je trouve ça plus sain.
    Et puis des fois dans ces livres les gens parlent de psychologies alors qu’ils n’ont aucun diplôme. Ne pas avoir de diplôme ce n’est pas grave en soi, on peut apprendre sur le terrain plein de métiers, mais la psychologie ça touche au profond des gens, à l’intime, à l’inconscient des gens, et ça ben… ça s’invente pas !

    J'aime

  9. Moi, j’ai lâché prise sur le « il faut que j’arrête de dire il faut »…Je me rends compte lorsque je le dis et ça me fait sourire. Disons que j’ai une alarme en moi, maintenant…mais j’ai ouvert mon premier livre de ce type il y a plus de 10 ans. On pourra jamais changer de mentalité en un claquement de doigt 🙂 Parfois, certaines personnes ont vécu des expériences douloureuses et d’autres non. Je me souviens d’une psy espagnole spécialiste des troubles anxieux qui dit ne pas savoir ce que l’anxiété est, pour ne pas l’avoir vécu. Du coup, je me dis: comment peux-tu te sentir assez légitime pour écrire des bouquins sur le sujet? » Il y a un philosophe (je ne sais pas vraiment si c’est un philosophe, soit )que je suis un peu et qui a écrit un livre qui s’intitule: L’éloge de la lucidité. Il parle justement de ce phénomène des livres de développement perso et qui peuvent, au final, causer plus de dégâts qu’autre chose 🙂

    J'aime

    1. Je devrais lâcher prise sur le « il faut que » mais je me suis rendue compte depuis peu de temps que je disais tout le temps « il faut que » et que j’ai vraiment serrer la bride sur mon contrôle de moi, donc un pas après l’autre ! 😀

      Les livres de développement perso sont aussi (enfin à ce que j’en comprends comme je n’en ai pas lu) plutôt très généraux, or il y a des personnes qui ont des problèmes à cause de choses très profondes, intimes, et perso, et qui du coup, même avec tous les efforts du monde pour suivre ces livres, n’arriveront à rien, parce que le problème est plus profond et je pense que ça peut être vachement culpabilisant.

      J'aime

      1. Oui, un pas après l’autre…le fait d’être culpabilisant était un peu l’idée de l’auteur du livre dont je te parlais…Il disait que les gens pouvaient arriver à se dire qu’ils étaient nuls et ne servaient à rien lorsque les techniques des livres ne faisaient pas effet sur eux…

        J'aime

  10. Personnellement, les livres de développement personnel m’aident beaucoup à m’apaiser, à me sentir mieux dans ma vie et à m’améliorer. Notamment grâce à Tu vas tout déchirer de Jen Sincero, un livre rempli d’humour et de bonnes ondes que je te recommande malgré tout.
    Après, je ne suis pas les conseils au pied de la lettre, mais c’est surtout le fait de lire des affirmations positives, des messages motivants, que cela apporte en bénéfice dans ma vie. Je ne dit pas que ce genre de livres apportent la recette miracle, non, mais ils peuvent vraiment apporter de l’aide 🙂 Par exemple dans mon cas.
    Bisous.

    J'aime

  11. C’est très bien s’ils t’apportent du positif. Perso, certains (il faut dire qu’il y a livre de développement perso et livre de développement perso) m’ont permis de glaner de nouvelles pistes de réflexion sur certains thèmes, mais je trouve que le discours général est trop positif, à la limite du mensonge car malgré ce qu’un certain type d’auteur prétend, ils ne sont pas miraculeux. Merci pour ton commentaire et ta référence 🙂

    J'aime

  12. Je te rejoins sur ton article. Très souvent, on se tourne vers les livres de développement personnel lorsque l’on va mal. Enfin de compte, des fois, il est plus nécessaire de se faire “aider” ou “suivre” pour évacuer ce qu’il y a à évacuer. Des fois, la colère que l’on ressent n’est qu’un masque d’un autre sentiment. Je le sais car j’en ai fait les frais. Aujourd’hui, j’ai fait la paix sur certains sujets. J’ai encore du boulot… mais je me sens apaisée et bien. C’est déjà beaucoup. Alors les livres de développement personnel pur et dur m’attirent de moins en moins. 😉
    À bientôt !
    En espérant que mon commentaire aidera d’autres personnes.
    Jessica

    J'aime

      1. La colère est comme, je te disais, une émotion cachée pour d’autres émotions. Souvent la colère peut en fin de compte cacher de la peur ou de la tristesse. Dans mon cas, j’ai souvent été très en colère face à ce que j’ai vécu professionnellement et personnellement… Je te laisse découvrir un article dans la partie « Sac de Mary Poppins » qui te permettra de mieux comprendre certaines choses.
        Mon père a été malade, une maladie que l’on ne connait pas bien si on ne l’a pas vécu, la depression. J’ai été un soutien pour lui mais j’ai aussi été en colère de ne pas le voir battant, de ne pas être le père que j’avais toujours eu. C’est très compliqué lorsqu’on le vit. J’avais aussi d’autres colères liées aux origines africaines et aux coutumes sans explication suite à des changements d’attitude. Bien long à expliquer…
        Ma colère arrivait pour pleins de choses, même une toute petite demande de lui me faisait m’énerver… cela devenait insupportable pour moi car je m’en voulais après. J’ai compris, j’ai dénoué certaines choses (avec beaucoup de larmes et de tristesse). Il va très bien aujourd’hui (Dieu merci), j’ai réussi à poser ce que je ressentais sur une feuille et je lui ai donné. Nous avons discuté longtemps et aujourd’hui je suis en paix face à cela. Nos relations n’ont jamais été aussi fortes. J’apprends beaucoup de lui et lui découvre des qualités rares. Il m’impressionne beaucoup aujourd’hui. Je sais que je n’aurai jamais pu vivre un quart de ce qu’il a vécu. Ce serait bien long à expliquer mais je pense lui écrire un article… car son histoire mérite d’être entendue.
        Tout cela pour te dire que des fois, il est nécessaire d’en passer par une aide (psy) pour mieux avancer et faire la paix… même si ça peut faire mal au départ… car lorsque l’on a une carapace immense et qu’on la supprime petit à petit, ça fait mal.
        Sur le point de vue personnelle, j’ai eu aussi beaucoup de deceptions au niveau de mes ami(e)s, et j’ai toujours été très solitaire enfant. Mais j’ai aussi compris que cela m’avait aussi beaucoup apporté. Aujourd’hui, j’ai quelques ami(e)s sur qui compter et cela me suffit, puis d’autres arrivent sur nos chemins tout au long de la vie.
        Ce serait bien long de tout expliquer en un commentaire. Et toi, quel est ton rapport à la colère ?
        Belle soirée à toi,
        Jessica

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.