Mois : avril 2019

Mes articles et vidéos préférés en avril 2019

mes-articles-et-vidéos-préférés-en-avril-2019

Je commence en ouvrant une parenthèse pour dire à 2019: « je sais pas ce qui te faut pour que tu ralentisses le temps. Tout va trop vite ». Fermeture de la parenthèse.

Ce mois-ci a été riche en découvertes, surtout, au début et un tout petit peu à la fin (les vacances de Pâques s’étant joyeusement incrustées quelque part au milieu).

Alors il y a vraiment peu de contenu ce mois-ci et la catégorie qui a remporté tous les suffrages est la cuisine. Ce qui est plus qu’étrange me concernant( Je dois avoir faim).

Je commence:

Le 2 du mois, mon attention a été attirée par une recette de brownie facile de chez El gato de Alma ainsi que par un article sur les biais cognitifs que j’ai trouvé sur le blog La vie en plus joli.

Le jour suivant, à savoir le 3 avril, c’est une photo d’une recette de glace au spéculoos qui m’a conquise. Vous voulez le lien? C’est par ici, dans la cuisine d’Alice.

Le 10, j’ai été choquée par un article de BFMTV portant sur le suicide d’une maman privée d’allocations pour son fils handicapé.

Le 15, ce sont deux autres recettes de cuisine qui auront eu raison de moi: celle des crevettes à l’ail, tomates et mozza du blog Les recettes de Sandrine au companion ou pas ainsi que celle du caviar d’aubergine du blog Travel and food

Le 20, je suis tombée sur la chaîne youtube de Tévy Khon, une fille « diagnostiquée » HP à l’âge de 6 ans et qui consacre sa vie pro au coaching et à l’hypnose. Elle poste plein plein d’interviews sur des sujets liés de près ou de loin au haut potentiel. Personnellement, je trouve sa chaîne hyper intéressante et j’apprends des tas de choses.

Voilà pour mes articles et vidéos préférés du mois d’avril. Je vous rappelle que cette liste reprend l’ensemble des articles et vidéos que j’ai partagés sur ma page FB au cours du mois d’avril 2019.

Rendez-vous fin mai pour un prochain numéro de « Mes articles et vidéos préférés ».

 

mes-articles-et-vidéos-préférés-en-avril-2019

 

Publicités

Les comportements qui me font fuir en amour

les-comportements-qui-me-font-fuir-en-amour

 

Alerte: je ne suis pas une experte en amour, c’est même plutôt le contraire. Je ne comprends rien aux hommes et ils ne me comprennent pas. C’est juste qu’il y a des comportements qui ne passent pas, que j’en ai compilé quelques-uns et que j’avais envie de vous les partager.

Allé, j’y vais.

Il y a :

1) le mec que tu rencontres sur une appli et qui a un discours tout à fait différent virtuellement et irl. Vous vous souvenez du type que j’avais rencontré l’année passée et qui avait râlé via whatsapp parce que je ne l’avais pas laissé monter chez moi lorsqu’il m’a raccompagnée, alors qu’il n’avait rien laissé paraître de visu?Ben, c’est de ce genre, entre autres, que je veux parler.

2) le mec qui te plait, à qui tu plais mais avec qui il ne va rien se passer (à moins que tu aimes ça et c’est ton droit) parce qu’il insiste trop pour que tu l’embrasses, tu baisses ta culotte, ou tu le suces (sorry, je suis vulgaire). ça donne « steuplé, steuplé, embrasse-moi, suces-moi, je suis sûre que tu peux faire des merveilles avec ta bouche… » Plus flagrant, ça n’existe pas. Lui, il n’a pas compris que si t’as pas envie, tu fais rien, que si t’as envie, tu fais et que ça n’a rien à voir avec être coincée ou ne jamais avoir envie. D’ailleurs, il aura plus de chance.s et ça sera plus gratifiant d’avoir ce qu’il veut en ne mettant pas la pression et en laissant faire les choses. Ben oui, puisque dans ces conditions, toi, de ton côté, t’en auras sans doute envie aussi.

3) le mec qui t’incite à faire des choses que tu n’aimes pas, qui te menace de te quitter si tu ne les fais pas , qui tente de te manipuler pour avoir ce qu’il veut. C’est un peu comme l’exemple plus haut mais pas tout à fait. En haut, c’est trop fragrant, c’est le lourd du coin, il est facile de voir où il veut en venir. Ici, je parle de quelque chose de plus subtil.

4) le mec qui interprète ou qui se vexe avec tout ce que tu dis. Bah ouais, ben, là, si la com’ est impossible, ça risque d’être compliqué.

5) le mec qui ne t’écoute pas dès que tu parles de toi, de ce que tu aimes, de tes rêves, de tes ambitions.

6) le mec avec qui t’a couché sans protection (ça peut arriver) et qui te fait sentir que les suites possibles de l’acte ne sont pas son problème. Alors là, ça me tue, parce que, la grossesse, à la limite, il peut nier l’affaire, mais les IST, si elle lui refile quelque chose…Car oui, ça ne va pas nécessairement que dans un sens…ce ne sont pas toujours les mecs qui sont porteurs d’un truc suspect et ça, les messieurs n’y pensent pas toujours. Allo, ici le 21ème siècle…

7) le mec qui croit qu’être maltraitant, c’est seulement et uniquement être violent physiquement. Bah, non, les gars, être maltraitant, ça passe aussi par les mots, par la manipulation verbale, par les mensonges dans le but d’arriver à ses fins.

8) le mec qui veut une relation sans prise de tête et facile, celui qui te quitte dès qu’il y a incompréhension, malentendu ou dispute, qui n’a pas compris que tout ne peut pas être rose tout le temps, qu’on n’est pas dans un film.

9) le mec qui te veut comme plan cul uniquement mais qui te fait croire qu’il veut quelque chose de sérieux , tout en te trompant.

10) le mec qui se croit dans un porno et qui ne tient pas compte du fait que tu n’es, peut-être, pas très à l’aise dans cette position.

Voilà, il y en a encore plein. Je vous ai juste fait un florilège des dix premiers qui me sont passés par la tête…Après, ils ne sont pas tous exclusifs au sexe masculin. Oui, il y a des filles manipulatrices, menteuses, différentes virtuellement et irl mais il y a aussi des trucs que je ne vois pas trop comment, nous en tant que femmes, nous pourrions faire.

Bref, je vous laisse méditer et me conter vos anecdotes si vous en avez envie.

 

Les états d’esprit du vendredi 26 avril 2019

The Postman et Zenopia les ont propulsés (oui, je reprends impunément la formule de WordPress) et moi, j’ai fini par suivre. Je vous parle bien évidemment des EEV. Lançons-nous:

[jour Vendredi 26 avril 2019  – [16:10]

fatigue : moyen +
estomac : sandwich mozza-tomates-tapenade olives noires
cond. phys. : l’épaule va mieux, l’estomac c’est pas ça
esprit : plus clair
boulot/projet : on fait ce qu’on peut et on avance

Avis: On ne peut pas juger la vie des gens sur base de quelques éléments…

culture : 45 revoluciones ( pas terrible, mais comme j’étais crevée et que j’avais pas autre chose à regarder ),Grey’s anatomy, Il faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieusecq (je l’ai fini parce que je n’avais rien d’autre sous la main), Vernon Subutex (soyons francs, c’était nul…heureusement que la bande son était bonne), La femme gelée de Annie Ernaux (juste commencé), Miguel (les trois premiers épisodes étaient flippants et le dénouement inattendu), LQSA (passe le temps)…

Sorties: parc, restau, bois de Hal, …

loulou : fatigué mais ça va, il a eu de belles vacances et est content…

msg perso: (1)tengo ganas de volver a verte (2) can’t wait until we can see you all (3) tellement heureuse d’avoir trouvé une amie comme toi

amitiés : ce midi et demain j’espère…la fatigue m’a vraiment empêchée de sortir de ma grotte cette semaine
essentiel : la patience
courses : vient de les faire
envie de: pouvoir réutiliser mon épaule gauche pour danser …

zic’:

Clap de fin: 16h26

La lâcheté dans la peau

la-lâcheté-dans-la-peau

 

Je passe dans ces rues qu’on a longés ensemble et je me rappelle que leurs noms t’étonnaient. Expansion. Progrès. Droit. Conciliation. Tous des mots qui t’en imposaient.

Je me souviens de tout et même de cette sensation étrange qui m’avait parcourue l’échine ce soir-là. Tu étais bizarre, encore plus nerveux que d’habitude, encore plus hésitant sur tout.. Tu étais là sans être là. Tu cherchais déjà une échappatoire. Le vent avait tourné, je crois. Je ne voulais pas le voir mais c’était ça…

Nous deux, ça s’est terminé deux jours plus tard lorsque via sms tu m’as larguée.

Pendant longtemps, je n’ai eu cesse de comparer les autres à toi. Pas assez ci, trop ça. Comme si tu étais un dieu et eux, tous des minables…Tu n’étais pas un dieu mais ceux que j’ai rencontrés juste après, c’est vrai, étaient tous des minables…C’est ce qui arrive quand on veut forcer les choses alors qu’on n’est pas prêt.e.

Tu t’es mis à revenir, et puis à partir et puis, on a inversé les rôles. C’est moi qui partais et ensuite, revenais. Le temps a passé et on est presque tombés dans un trip qui ressemblait à une chanson de Bruel que je n’apprécie pas des masses (mais c’est une autre histoire) « tu veux pas de moi, tu veux pas me perdre, alors ce choix je le fais pour toi, c’est moi qui part » blablabla. C’était du gros n’importe quoi, tu trouves pas?

L’amour, c’est con, parfois. T’as les trucs devant les yeux mais tu sais pas les voir. Je dis « sais » et pas  » veux » car oui, j’étais pas con à ce point. Mon cerveau rationnel avait capté que oui, non, en fait, tu ne t’intéressais pas à moi, pas comme ça en tout cas…Là, où ça coinçait, c’était au niveau du limbique. Du siège des émotions qui te trouvait toujours des excuses et parvenait, je ne me l’explique pas, à retomber, momentanément, en extase…

Jusqu’à ce jour où l’euro a fini par tomber. Je t’ai vu comme tu étais: LÂCHE et j’ai compris que je te plaisais beaucoup mais que tu ne m’aimais pas (sans blague, tu ne t’es jamais excusé).  Malgré tout, je dois avouer qu’il y aura toujours une place dans mon cœur piétiné pour ta-personne-qui-ne-le-mérite- sans-doute-pas…J’y peux rien, c’est comme ça. Les humains, c’est tordu, que veux-tu?

C’est pas facile de se remettre d’une rupture, en général mais l’option sms apporte une dimension supplémentaire, un peu de l’ordre du traumatisme, j’ai l’impression. On fait un peu n’importe quoi au début, on apprend à vivre avec par la suite, mais on ne s’en remet jamais totalement. Ou bien c’est moi qui suis trop sensible (?)

J’ai mis du temps mais je sais que, cette fois, de retour en arrière, il n’y aura pas. J’ai écrit comme pour d’autres avant toi, une date sur une feuille et j’ai signé en jurant que jamais, jamais, je ne reviendrai te chercher.

Le 9 avril, j’ai lâché prise.

 

 

 

Les états d’esprit du vendredi 19 avril 2019

The Postman et Zenopia les ont propulsés (oui, je reprends impunément la formule de WordPress) et moi, j’ai fini par suivre. Je vous parle bien évidemment des EEV. Lançons-nous:

[jour Vendredi 19 avril 2019  – [8:51]

fatigue : importante
estomac : petit dèj en cours
cond. phys. : mieux
esprit : choquée
boulot/projet : on fait ce qu’on peut et on avance

Avis: Je me demande s’il ne serait pas plus rentable de brûler l’immeuble, finalement…Il y a des fois où je me dis que ma vie, c’est un film…ou un cirque, au choix…

culture : Cuéntame cómo pasó, La caza. Monte perdido (ça devient bien), 45 revoluciones (vraiment pas terrible, j’arrête), The Green Book (en voici un bon film, ça fait du bien…beaucoup d’humour alors qu’on ne s’y attend pas forcément), Grey’s anatomy, Il faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieusecq (ça se lit mais sans plus), Vernon Subutex (jusque-là, je préfère 100x la version livre), …

Sorties: cinéma+ danser+ eurospace center

loulou : heureux, facile, drôle. Que demander de plus?

msg perso: oh ben, tu sais, je ne sais pas vraiment où j’en suis pour le moment. Je laisse venir.

amitiés : demain
essentiel : rester ouvert
courses : déjà faites
envie de: gagner à l’euromillion sans jouer

zic’:

Clap de fin: 8H59

Quand loisir ne rime plus avec plaisir

Quand-loisir-ne-rime-plus-avec-plaisir

 

J’arrête. J’en peux plus. J’en ai marre. J’ai fait le tour.

Ce n’est pas ce que je croyais. Il y a erreur sur le contenu.

On nous avait vendus de la bienveillance, du non-jugement et c’est faux.

Pourtant, ça avait bien commencé .

J’y avais cru, je m’étais lâchée et ça avait donné de belles choses, je crois.

De l’humour, beaucoup, parce qu’il y a ça en moi.

Et puis, il y a eu cette remarque, ce « Laisse-là se démarquer, elle qui aime tellement ça »

Choquée, j’en ai été. C’était du « je prône une chose et je fais le contraire ».

Je n’aime pas, je ne sais pas gérer.

Mais j’ai été paralysée et j’ai laissé passer parce que je me disais que ce n’était que 2h30 de temps en temps et puis, le plus important: que j’apprenais des choses.

J’ai cru oublier et j’ai continué. Sauf que la retenue s’est installée en moi. Sauf qu’au fil du temps, je trouvais de moins en moins de cohérence à ces soirées. Des consignes avec un lien qui ne se fait pas, du flou, et un projet global qui ne me dit plus rien. Je me suis perdue.

La goutte, ça a été ce « je n’ai rien compris à ton texte »…Comme si j’avais écrit du chinois. Non, ce n’était pas le meilleur mais tout le monde savait de quoi je parlais. Je n’avais pas eu le temps (je suis de plus en plus lente), avais voulu explorer de nouveaux horizons, changer de registre, utiliser de nouveaux mots. C’était bâclé mais ce n’était pas inintelligible. Et puis, surtout, ce n’était pas grave.

On me dit que je suis trop dure avec moi-même et c’est vrai. Que j’ai un don et que je ne l’accepte pas, qui sait. Le hic, c’est qu’en même temps, on me fait passer le message contraire. Je ne comprends pas. Je ressens de la pression, une ambivalence, et ces maladresses, si elles en sont, je n’y arrive plus. Paradoxe? Jugement? je n’ai plus envie de savoir.

Un loisir, ça doit être léger et là, ça ne l’est plus, alors je préfère tirer ma révérence et aller voir, le cas échéant, si l’herbe est plus verte à un autre endroit.

Je vous quitte. Au revoir.

Les états d’esprit du vendredi 12 avril 2019

The Postman et Zenopia les ont propulsés (oui, je reprends impunément la formule de WordPress) et moi, j’ai fini par suivre. Je vous parle bien évidemment des EEV. Lançons-nous:

[jour Vendredi 12 avril 2019  – [9:29]

fatigue : pas encore réveillée
estomac : petit dèj
cond. phys. : douleurs beaucoup plus supportables
esprit : en vacances
boulot/projet : encore deux pas de plus

Avis: les gens qui pètent des câbles dans la rue ou les transports me donnent de plus en plus envie de m’expatrier au Costa Rica

culture : Cuéntame cómo pasó, La caza. Monte perdido (ça devient bien), Grey’s anatomy, Pupille (émouvant, je vous le conseille), Dumbo (parfait avec des enfants mais c’est pas le meilleur Tim Burton, on va dire), Little Corgy (perso, j’ai vraiment trouvé que ce n’était pas un film si adapté que ça aux enfants et que certains dialogues étaient, clairement, déplacés), Vernon Subutex (jusque-là, je préfère 1000x la version livre), …

Sorties: cinémas

loulou : commence à utiliser l’expression « je m’ennuie » à tout bout de champ. Il grandit, a besoin d’autre chose. Heureusement, la semaine prochaine sera bien plus mouvementée avec et pour lui.

msg perso: c’est fini! il était temps…

amitiés : Demain, dimanche
essentiel : ne pas hésiter à arrêter quand on en a marre
courses : après le kiné
envie de retrouver un peu d’énergie…ce serait pas du luxe.

zic’:

Clap de fin: 9h32