Si je n’avais pas peur

Si-je-n-avais-pas-peur

 

Il est 19h44 et je suis vidée de ma journée. Le truc, c’est qu’aujourd’hui, je suis censée publier un article intitulé « si je n’avais pas peur ». Je ne sais pas par où commencer. Le sujet trotte dans ma tête depuis un bon mois, je pense et c’est marrant, mais au début, je me disais : « ça va être dur parce que je n’ai peur de rien ».

Le pire c’est que j’y croyais.

Maintenant, je sais que c’est des conneries. En fait, j’ai tout le temps, tellement, peur que j’ai pris l’habitude de vivre comme ça et que je ne me rends même plus compte à quel point je vis dans la peur.

A vrai dire, c’est, surtout, le rejet qui m’effraye. C’est ma peur la plus sournoise. Oh, du regard des inconnus sur ma façon d’être, de vivre, je m’en fous. C’est pas ça. Moi, c’est plutôt du fait qu’on m’approche pour ensuite me jeter. Ça vient de l’adolescence, de toute cette violence subie après la maladie, à l’école ou dans mon entourage, je le sais. C’est triste mais de ça, je n’ai jamais pu guérir.

Pourtant, j’arrête pas de me dire: « tu es grande maintenant (enfin, à peine), tu as les armes, tu ne vas pas t’écrouler, pas mourir de peine ». Mais rien n’y fait, quelque chose en moi n’y croit pas et mon cerveau reptilien a trop intégré les souvenirs et les réflexes.

Du coup, quand je m’approche des gens, c’est à reculons, quand je risque c’est en assurant mes arrières. Je reste aux aguets du moindre faux pas, de la plus petite incohérence. Faussement distante, non-investie, je fais mon indifférente, ma dure, ma méchante, parfois, même, j’ai envie de dire. Ça me rassure .

Ce n’est pas agréable pour les nouvelles personnes qui rentrent dans ma vie. Beaucoup n’ont pas le courage d’attendre que je lâche prise et disparaissent. Je les comprends et ce, même si je n’apprécie pas toujours la manière choisie pour le faire.

Je me rends compte qu’à force de me protéger, c’est ma carapace qui crée un sentiment de rejet chez les gens. L’ironie du sort que ça s’appelle, je crois.

Je ne sais pas ce que je peux faire pour que ça s’arrange mais je sais que si je ne souffrais pas de cette blessure, il y a sûrement une ou deux histoires dans lesquelles je me jetterais à corps perdu. Mais c’est impossible, le trop d’émotions crée une paralysie de mon intérieur, une sidération, et je ne réagis qu’après coup, n’importe comment, quand c’est trop tard, le plus souvent.

Ce n’est pas très grave, une bêtise, je ne vais pas en mourir. Par contre, c’est bien pénible et j’espère qu’un jour, le thème de ce carnaval, je pourrais le conjuguer à l’indicatif et dire : « Je n’ai pas peur ».

Cet article a été écrit dans le cadre du carnaval d’article proposé par Emeline du blog « si j’osais« . Vous pourrez retrouver courant octobre toutes les participations sur son site.

 

5 réflexions sur “Si je n’avais pas peur

  1. Ton article est très touchant Merci pour ta transparence La peur nous aide a bien des égards et je crois que nous en avons tous besoin Ce mécanisme de protection est sain Ne te juge pas Il t’a aidé Un peu moins maintenant En avoir conscience est déjà beaucoup Prends soin de toi et merci pour cette très belle participation 🙂 Bises

    Aimé par 1 personne

  2. C’est drôle parce que je me suis souvent dit la même chose Elisa « je n’ai pas peur ». C’est même la promesse que je me suis faite en quittant l’Irlande « je n’aurai plus jamais peur ».
    Je crois que ce n’est pas possible. Tout le monde a peur. C’est un sentiment, une émotion humaine.
    Le tout est d’arriver à la dépasser.
    Tu sais d’où cela vient, c’est le premier pas. Tu sais ce que tu laisses sur le côté. Tu y arriveras à t’en affranchir et à vivre ce qu’il y a à vivre.
    Grosses bises

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.